article rumination mentale

Comment calmer son hamster mental ?

Longtemps, je pensais sans cesse à mon passé, à ce qui m’était arrivé, à me demander pourquoi, et à me dire que je ne pourrai jamais avoir une vie sereine, que tout serait conditionné par ces événements. La rumination mentale, cela épuise !

J’analysais chaque réaction à la loupe, sous tous les angles, j’émettais 1001 suppositions.

Épuisant… ce n’est pas possible de vivre ainsi…mais je n’en avais pas conscience alors…

Les pensées sont automatiques, on ne les contrôle.

Parfois elles aident à trouver des solutions, elles sont créatives. Donc là c’est ok.

Ça coince quand le disque s’enraye. L’aspect le plus important les pensées négatives vous submergent, vous ruminez une colère, vous pensez encore et encore à un événement passé, vous vous posez des questions quant à un événement à venir…

« Pourquoi a-t-il acheté ce pull, alors qu’il savait que je voulais une robe ! », « Est-ce que je vais un jour avoir une vie tranquille, sereine, avec tout ce qui m’est arrivé ? », « Je n’aurais pas dû lui dire ça », « Pourquoi est-ce que je tombe toujours sur ce type d’hommes ? », « Qu’est-ce qui ne va pas chez moi », « Je ne vaux rien » etc…

Vous aussi, vous êtes en pleine rumination mentale !

Kesèksa ?

La rumination mentale ou « overthinking » est un « mal » d’aujourd’hui, qui empoisonne littéralement votre quotidien, vous enfermant dans vos pensées négatives, pouvant même vous pousser à vous réfugier dans une addiction (découvrez-en une ici)

Pour pouvoir s’en sortir, il y a lieu de d’abord comprendre son origine.

« Quiconque prête quelque attention à ses processus mentaux ne tarde pas à découvrir qu’une forte proportion de son temps est dépensée à remâcher et ruminer le passé et à goûter par avance l’avenir. » Aldous Huxley

Il y a 3 raisons pour lesquelles vous ruminez sans cesse :

1/ L’auto-jugement

 

Ça vous parle ? Et… ça fait mal, hein… ? 😉

Je vous l’ai dit, on pense trop. Mais surtout, vous pensez « mal » , car vous êtes constamment dans le jugement de ce que vous faites, de comment vous êtes : est-ce ok ou pas ok ? bien ou mal ?

Je l’ai compris il y a longtemps : on peut être sa meilleure amie, mais souvent, allez comprendre pourquoi, on est son plus grand obstacle ! Vous avez déjà vu ce petit diable sur l’épaule, pour représenter la tentation, le côté obscur…?
Et bien, reprenez le même personnage pour ce juge intérieur qui ne se fatigue jamais !!! Il doit carburer à la pile Duracell !!!

Parce qu’en plus de ça, ce juge intérieur fait ressurgir en vous une émotion souvent négative, la honte, la culpabilité, la colère, et vous finissez par vous dire : Je ne vau sien, je ne suis pas quelqu’un de bien.

 

2/ Se refaire le film du passé

 

Seriez-vous du style à vous repasser les événements passés et à les commenter ?
A les détailler et à les rejouer ?

A critiquer les décisions prises, les mots prononcés, les attitudes ?

Une seule clé ici pour cesser cela : cessez de revenir sur ce qui s’est passé. Cela a eu lieu, impossible d’y changer quoi que ce soit

 

3/ Planifier le futur

 

Pour vous rassurer, et je peux le comprendre, nous faisons toutes cela, vous prévoyez les situations dans ses moindres détails (encore une fois, ces détails sont là !).

Pourquoi agissez-vous ainsi ? Parce que vous avez peur, et cela vous un sentiment de contrôle, de maîtrise (totalement factice, entre nous !).

Sauf que…tous les scénarii que vous imaginez relèvent souvent des films catastrophes !

Avouez-le, rarement vos prévisions sont positives, joyeuses… !

Du coup, en plus de la peur que vous ressentez, le stress s’y ajoute, et ça tourne à toute vitesse dans votre tête…et les battements de votre cœur s’accélèrent…et vous avez des crampes à l’estomac…

Le futur est incertain, vous ne pouvez pas tout maîtriser, alors cessez d’imaginer le pire !

« A trop penser, à trop en faire et à trop réfléchir, on en perd l’essentiel » Tao Paul Brillet

 

Maintenant que vous avez compris les pourquoi…comment faire pour stopper ou à tout le moins ralentir le manège de la rumination mentale ?

 
1/ Un petit exercice physique

 

Cet exercice m’a souvent aidée à calmer le hamster mental. Vous pouvez le faire partout où vous êtes.

Tout d’abord, installez-vous, assise ou allongée, les bras relâchés le long du corps.
Ensuite, fermez les yeux, et inspirez profondément, expirez calmement, 3 fois.

Crispez votre corps, contractez-le, et ensuite relâchez tout. 3 fois.

Revenez à ici et maintenant. Ce qui est passé est passé, ce qui est à venir n’existe pas encore, et vous Savez que vous avez fait de votre mieux, au moment où vous l’avez fait, avec ce que vous aviez alors comme possibilités.

Envoyez en conscience de l’air dans chaque cellule de votre corps, pour permettre une circulation plus fluide.

Terminez par un mantra qui vous corresponde pour apaiser cette rumination mentale.

 

 

2/ La gratitude

 

J’aime beaucoup cette technique !

Puisque j’étais championne pour imaginer le pire, je me suis dit que j’allais me concentrer sur ce qui me fait du bien.

Comme un court-circuit, la gratitude va venir chasser vos sentiments de culpabilité, de honte, de colère, de peur.

Dites « merci ».
Merci aux personnes que vous aimez ou que vous appréciez.
Merci à cet oiseau qui chante.
Merci à ce client irritant qui vous permet de découvrir de nouvelles ressources en vous.
Merci à la Vie qui est en Vous !

Merci à … (à vous de compléter 😉 )

Vos pensées négatives peuvent vous enfermer, vous le savez.
En y mettant de la gratitude, elles vont vous amener sur un autre chemin, celui de la joie de vivre, de la légèreté.

Il n’y a donc pas à hésiter !!!

 

3/ Le lâcher-prise

article rumination mentaleCe qui a eu lieu a eu lieu, c’est du passé, vous ne pourrez rien y changer.
Ce qui est à venir relève de l’inconnu, malgré toute votre bonne volonté, car vous n’êtes pas seule dans l’équation.

Plutôt que d’imaginer les scénarios catastrophe, listez ce qui est en « votre » pouvoir.
Essayez, en votre âme et conscience, de faire tout ce que vous pouvez à cela signifie que vous ne restez plus dans vos pensées, mais bien que vous agissez !!!

Et ensuite…advienne que pourra, lâchez prise, car vous ne pourrez pas faire plus ni mieux !!!

« A la fin de la journée, tu ne dois jamais dire « j’aurais dû faire », « j’aurais pu faire » ou « j’aurais aimé faire ». A la fin de la journée, tu dois te dire « j’ai fait » ». Inconnu

Pour parvenir à mettre plus de légèreté et lâcher-prise dans votre quotidien, afin de vous épanouir pleinement, je vous invite à rejoindre le groupe Facebook  » Soyez la Capitaine de Votre Vie, par Saïda Bouzinab « 

Si vous pensez que je peux vous aider, envoyez-moi un message à l’adresse suivante : contact@osezvous.net

Partagez cet article autour de vous, commentez-le et faites-moi part de votre avis.

Merci !