J
e suis certaine que vous avez vécu l’une des situations suivantes :

  • Restructuration au niveau de la société qui vous emploie, vous ne savez pas ce qu’il va advenir de votre job, vous vous demandez à quelle sauce vous allez être mangée
  • Votre famille ou vos ami(e)s sont quelque peu « envahissants », cela vous flatte d’une certaine manière, mais du coup, vous êtes parfois frustrée qu’ils ne suivent pas vos conseils à la lettre…
  • Vous êtes parents, et vous aimeriez tellement éviter que votre enfant souffre, ait de la peine à cause de ses ami(e)s, à cause du résultat de la rencontre sportive…
  • Votre cocon familial traverse une passe difficile, et vous êtes du style à tout prévoir dans le moindre détail, à prévoir l’imprévu, à penser à l’impensable…

Cela vous dit quelque chose… ?… Ou vous rappellez quelqu’un… ?…

Moi aussi ! Moi…il y a quelques années, et encore maintenant parfois, de temps à autre…

Si l’on éprouve autant de mal à lâcher prise, c’est parce que l’on recherche, d’une certaine manière, à contrôler la vie. Parce que l’humain est ainsi fait, cela le rassure…ou en a-t-il l’impression du moins…

Le lâcher-prise en tant que tel n’est pas réellement défini dans le dictionnaire.

Cela recouvre une réalité complexe…et pourtant si évidente…

C’est avant tout « lâcher, rendre quelque chose moins tendu », selon Le Larousse… »c’est cesser de retenir », « c’est abandonner une position ».

Lâcher prise ne signifie pas couper les liens mais comprendre que l’on ne peut contrôler l’autre, les autres, ce qui nous entoure.

Lâcher-prise, c’est accepter que nous ne sommes pas maîtres de la décision finale, du résultat final.

Lâcher-prise, c’est encourager les autres, non pas faire à leur placelâcher prise

Lâcher-prise, c’est comprendre que l’on ne contrôle pas les autres

Lâcher-prise, c’est accepter l’autre en tant qu’être humain, non pas juger

Lâcher-prise, c’est accepter que les autres fassent leurs propres erreurs, non pas les mettre dans un cocon…

Lâcher-prise, c’est accepter, non pas rejeter

Lâcher-prise, c’est vivre ce qui se présente à vous, non pas tenter de l’adapter selon nos désirs…

Lâcher-prise, c’est s’ouvrir à ce qui se présente, c’est changer son regard, c’est modifier son interprétation, c’est changer de lunettes, c’est abandonner une chose à laquelle on pouvait tenir mordicus…

Lâcher-prise…c’est aussi pardonner, et se focaliser sur ce qui est ICI et Maintenant…

C
onseil n° 1 : et si vous agissiez comme l’empereur Marc-Aurèle ?

Appliquez la célèbre citation qui lui est attribuée (et oui, il paraît qu’elle est de lui !) : «  O dieux, donnez-moi la sérénité d’accepter ce que je ne puis changer, le courage de changer ce que je puis et la sagesse d’en connaître la différence. »

Qu’est-ce qui dépend de vous ? Qu’est-ce qui ne dépend absolument pas de vous ?

Et concentrez-vous sur ce qui dépend de vous. Pour le reste…lâchez prise !

Je vous entends déjà dire « oui, mais… ». Passez au conseil suivant 😉

C
onseil n°2 : vous vous prenez pour Steven Spielberg ?

Êtes-vous comme moi, à imaginer 1001 scenarii possibles, tous aussi catastrophiques les uns que les autres… ?… Ou à tout le moins, très pessimistes ?

Allez-y à fond, et dites-vous que cela se produit. Que pouvez-vous faire ? Quelles options s’offrent à vous ? Vous n’allez pas vous y complaire, ce n’est pas l’objectif, loin de là. Mais cela va vous permettre de prendre conscience que même le pire contient des pistes de solution…

Pas pour vous ? Allez lire le conseil n°3

C
onseil n°3 : essayez un autre sport que le vélo !

Il est difficile de lâcher prise parce qu’on a très souvent le nez dans le guidon. Dès lors, un autre conseil serait de faire un pas de côté, de prendre du recul ou de la hauteur. Et posez-vous la question suivante : cette situation et son aboutissement auront-ils encore un impact sur vous dans 3 ans ? Et vous verrez très probablement que vous vous preniez la tête pour pas grand-chose.

Vous hésitez encore ? Découvrez le conseil n°4

C
onseil n°4 : note de bouddhisme…

J’ai écrit plus haut que lâcher-prise, c’était se focaliser sur ce qui est Ici et Maintenant…Dans l’ici et maintenant, il n’y a que vous. Pensouillard, le hamster qui tourne en boucle dans votre tête, se réfère soit aux souvenirs du passé, soit aux craintes liées au futur. Mais ici et maintenant…il n’y a que vous ! Pratiquez la respiration consciente pour y parvenir. Ou encore la cohérence cardiaque. Et imaginez que l’oxygène circule dans votre corps. Ressentez votre corps, détendez-le.

Toujours pas ça ? Découvrez mon dernier conseil !

C
onseil n°5 : et si on se rencontrait ?

Faites un pas en arrière, faites une pause, et observez la situation.

Assurez-vous d’avoir réellement tout essayé, tout envisagé.

Vous êtes-vous fait aider ? Car parfois, seule, il est difficile de penser à tout, de supporter émotionnellement le chamboulement que cela provoque en soi.

Vous pouvez également rejoindre le groupe dédié aux femmes qui cherchent à trouver ou retrouver le sens de leur vie, qui cherchent à se donner une direction, qui souhaitent se déployer mais ne savent pas comment : Soyez le Capitaine de Votre Vie, par Osez Vous !

Retrouvez d’autres articles sur le blog: https://www.osezvous.net/blog/

Le lâcher-prise n’arrive pas du jour au lendemain, c’est une pratique quotidienne. Essayez l’un des conseils, et puis un autre, et encore un autre…Alternez, trouvez la combinaison qui vous convient.

Je vous l’ai écrit plus haut, cela m’arrive encore aujourd’hui de grincer des dents, et c’est très bien, c’est le signe que je suis vivante. Le tout est de savoir ce que je fais pour être la plus sereine possible au quotidien…de découvrir ce que vous pouvez mettre en place pour retrouver un peu de sérénité.

Si vous avez besoin d’aide pour y voir plus clair, car c’est vraiment le brouillard pour vous, contactez-moi à l’adresse suivante : contact@osezvous.net

Lâcher prise, c’est redevenir libre à nouveau !

Rester en colère, c’est comme saisir un chardon ardent avec l’intention de le jeter sur quelqu’un; c’est vous qui brûlez – Bouddha