manger ses émotions La dernière annonce du CNS (Conseil National de Sécurité en Belgique) m’a mise en colère…Une colère impuissante…du moins l’ai-je pensé au début…

Cette impression de ne pouvoir rien faire contre les décisions absurdes…

Du coup, je me suis préparée une bonne Dame Blanche, avec une bonne rasade de sauce chocolat…

Ensuite, j’ai grignoté…

Je savais pourquoi je faisais cela…pour me calmer…pour diminuer l’intensité de mon émotion, de mes émotions…

C’est pourquoi aussi j’ai pu arrêter une heure plus tard…je ne me suis pas empiffré des heures durant…

J’ai observé ma colère (je vous invite à lire mon article à ce sujet, cliquez ici), mon impuissance, et me suis demandé ce que je pouvais concrètement faire…

Plutôt que de garder ces émotions à l’intérieur de moi :

  • Je les ai couchées sur papier (enfin, sur pc !)
  • J’ai mis de la distance
  • Je me suis demandé ce que je pouvais concrètement faire dans ma zone d’influence

Manger ses émotions (grignotage, fringale, …), c’est se réconforter avec de la nourriture quand on se sent stressée, impuissante, triste…et ça, même si on n’a pas faim… C’est donc le signe d’un mal-être…

Chaque personne a ses réflexes pour réagir au stress, pour faire « face » (maladroitement) aux émotions qui l’envahissent.

Si vous ne prenez pas l’habitude d’être attentive à vos ressentis, aux messages que votre corps vous envoie, vous risquez de voir évoluer ces habitudes vers de réels problèmes de santé (maladie du cœur, AVC, maladie chronique, diabète, cholestérol, obésité…) et psychologique (boulimie, anorexie, anorexie mentale, …).

Parce que le soulagement ne dure pas. Il ne faut pas simplement « tromper sa faim ». Le cercle vicieux est alors entamé.

Voici quelques conseils :

1/ Identifier votre émotion

Pour arrêter de la manger, il faut d’abord la reconnaître, et prendre conscience des moments, du contexte où cela se produit.

Ayez un carnet, et indiquez-y ce que vous mangez et l’humeur dans laquelle vous êtes (stressée, fatiguée, en colère, heureuse, …)

Notez le niveau de ces émotions, de 1 à 10 (1 pas fort, 10 très très fort)

Comme écrit plus haut, cela vous aidera à prendre consciences des moments où cela se produit et cela vous aidera également à rassembler quelques informations :

  • Était-ce en semaine ou le week-end ?
  • Qu’avez-vous mangé pour répondre à votre émotion ?
  • Quelles sont les émotions qui vous font craquer ? La tristesse, l’injustice, la peur du rejet (découvrez un autre article ici), la frustration…

manger ses émotions bis2/ Accepter ses émotions

Il n’y a pas de miracle, je ne cesse de le répéter : nous sommes des êtres HUMAINS, les émotions font partie de nous.

Vous n’avez pas à les gérer, mais bien à les accepter.

Pour cela, apprenez à écouter le message qu’elles souhaitent vous transmettre. C’est cela qui vous permettra de ne pas fuir dans l’alimentation !

 

3/ Une autre source d’alimentation pour vos émotions

« J’ai tout pour être heureuse, mais je mange pour remplir un vide en moi ! »

Si cela fait longtemps que vous réagissez ainsi, il serait bon de faire appel à un professionnel apte à vous aider, à vous accompagner dans les prises de conscience et dans la modification de votre alimentation, grâce à une thérapie (hypnose, piste psycho, nutritionniste…)

Vos émotions sont là, elles existent.

Elles ont besoin de s’exprimer…

Faites-en sorte que ce ne soit pas à votre détriment !

La danse, l’écriture, la création artistique…Trouvez un exutoire qui vous fasse du bien, qui vous permette de vous déployer pleinement, de vous rapprocher de qui vous êtes !!!

 

4/ Pas d’excuses !

Alors là, reconnaissez-le, vous pouvez faire preuve d’une grande imagination pour expliquer pourquoi vous n’avez pas entamé le changement.

Sachez qu’il n’y aura jamais de bon moment !!!

Il y aura toujours quelque chose : vos études, votre job, vos enfants, les études de vos enfants, votre conjoint, la maison, votre famille, …je continue ?

Donc, STOP !!!

Choisissez d’être VOTRE PRIORITE !!!

Pour parvenir à mettre plus de légèreté et lâcher-prise dans votre quotidien, afin de vous épanouir pleinement, je vous invite à rejoindre le groupe Facebook  » Soyez la Capitaine de Votre Vie, par Saïda Bouzinab  »

Si vous pensez que je peux vous aider, envoyez-moi un message à l’adresse suivante : contact@osezvous.net

Partagez cet article autour de vous, commentez-le et faites-moi part de votre avis.

Merci !